La Formule E et ABB fête leur un an de partenariat

0
1632

Le championnat ABB FIA de Formule E a fait étape à Marrakech pour la deuxième manche de la saison 5. L’occasion pour ABB, sponsor titre de la catégorie de fêter une année de partenariat.

Lorsque l’entreprise ABB a décidé de gagner en termes de visibilité, elle a cherché le partenaire qui correspondait le mieux à sa philosophie. C’est ainsi qu’en janvier 2018, le Groupe suisse s’est associé au championnat FIA de Formule E à l’occasion de la deuxième manche de la Saison 4 du Championnat ABB FIA de Formule E. A Marrakech, ABB a donc fêté une année complète de collaboration.  ABB, leader en innovation électrique et technologique, apporte son soutien et sa vision pour ce championnat de voiture 100% électrique.

Cette saison, le groupe suisse s’est également associé à l’écurie Nissan et a attiré des pilotes confirmés comme le champion 2017 de la catégorie, Sébastien Buemi et Simona De Silvestro. Le Groupe Suisse apporte également son expertise pour le Jaguar I-PACE eTrophy où ABB fournit des chargeurs rapides compacts Terra DC conçus sur mesure. Selon Frank Muehlon, directeur général d’ABB pour l’infrastructure mondiale de recharge de véhicules électriques, « ce partenariat constitue une première mondiale avec la course automobile et constitue une fantastique démonstration publique de ce qu’il est possible d’accomplir avec le chargement (électrique) ».

Pendant ce partenariat de huit années, ABB compte partager au mieux et avec le plus grand nombre, sa vision des innovations technologiques, de la mobilité électronique, des villes intelligentes et de la numérisation. Ce championnat constitue « une plateforme pour mettre en évidence les progrès réalisés dans les technologies d’électrification et de numérisation, domaines dans lesquels ABB est un leader mondial », avec 8.500 stations de recharge rapide dans 68 pays de par le monde.

Pour sa part, Alejandro Agag, fondateur et nouveau président nommé de la Formule E considère que les deux sociétés « ont pour mot d’ordre de repousser les limites du       possible ». « Nous continuerons à faire évoluer les perceptions de la mobilité entre les pays et à travers les générations », a-t-il ajouté.